International Observatory
of Listed Company Governance
Usuk   Fr

L'indice Zimmermann pour mesurer la mixité en entreprise

Six ans après le lancement de la loi Copé-Zimmermann qui oblige les entreprises du CAC 40 à avoir 40 % de femmes dans leurs conseils d'administration, l'indice Zimmermann a vu le jour le 30 janvier 2017.  

Cet indice sert à mesurer, objectivement et de manière indépendante, la parité dans les conseils d'administration mais aussi des niveaux exécutifs des firmes du SBF 120. Pour le calculer, sont pris en compte plusieurs critères : - la mixité du conseil et la mixité du comité en charge des nominations et si des femmes en sont présidentes (28 points +1 point de bonus pour ceux déjà en conformité avec la loi) - la mixité des instances dirigeantes exécutives, si une femme est PDG et la mixité du comité exécutif ou de direction et parmi les 100 managers les plus haut placés (57 points) - la représentativité globale des femmes dans l’entreprise, avec entre autres le ratio entre leur nombre total et le nombre de femmes cadres, le ratio entre leur part parmi les cadres et le top 100 et le ratio entre leur part dans le top 100 et parmi le COMEX / CODIR (15 points)  

Des entreprises récompensées
 

Cette soirée était l'occasion de récompenser les initiatives de grandes sociétés françaises plutôt avancées sur les questions de parité. ENGIE et L’Oréal remportent ex-aequo le grand prix de la mixité dans la catégorie du CAC 40, avec respectivement 65,8 et 66 / 101. Dans la catégorie du SBF 80, Korian (56,7 / 101) et CNP Assurances dans la catégorie des entreprises de moins de 10.000 salariés (62,2 / 100). L’Oréal, Korian, AXA, Orange, Engie et Technicolor ont obtenu le prix de la mixité dans leur catégorie respective (consommation, santé, finance, technologie et télécommunications, énergie et service public et industrie).  
 
Marie-Jo Zimmermann  

Derrière cet indice se cache plusieurs acteurs : Ethics & Boards, qui se définit comme le «premier observatoire international de la gouvernance des sociétés cotées» et l'Institut du Capitalisme Responsable (ICR), un centre de recherche dédié aux performances sociales et financières des entreprises. Il rend hommage à Marie-Jo Zimmermann, à l'origine de la loi Copé-Zimmermann du 28 janvier 2011.«Je suis heureuse de constater la dynamique créée par la loi et le nombre important d’entreprises déjà en conformité avec le 2e seuil de 40 %. Je suis consciente que les efforts en matière de mixité doivent se poursuivre maintenant à chaque niveau exécutif de l’entreprise. Cet indice permettra de mesurer et d’encourager les progrès», explique-t-elle. On attend de voir lesdits progrès.