International Observatory
of Listed Company Governance
Usuk   Fr

Un classement international inédit sur l’égalité femmes/hommes dans les grandes entreprises

L’Oréal figure à la première place du nouveau classement international Equileap sur l’égalité des sexes dans les très grandes entreprises. Plus globalement, la France ne pointe qu’à la 8ème place.  

C’est, à l’échelle internationale, « la base de donnée la plus complète pour les entreprises en matière d’égalité des sexes », annonce Equileap. Cette organisation néerlando-britannique a publié mardi 11 avril son premier « rapport et classement sur l’égalité de genre », qui porte sur plus de 3 000 grandes entreprises internationales.  

Dans son échantillon figurent 3 048 sociétés cotées dont la capitalisation est supérieure à 2 milliards de dollars, établies dans 23 pays développés. Elles sont classées en fonction de 19 critères répartis sur 4 domaines : la parité parmi le personnel et le management ; l’égalité salariale et l’équilibre travail/vie de famille ; les politiques d’égalité des sexes ; l’engagement et la transparence.  

Les résultats sont plutôt satisfaisants en haut de l’échelle pour les grandes entreprises françaises, puisqu’elles sont deux dans le Top 5 : L’Oréal à la première place et Sodexo à la quatrième. Plus globalement toutefois, la France ne pointe qu’à la 8ème place en prenant en compte le pourcentage des entreprises nationales dans le Top 200 : 15%. Le podium est composé de la Suède, de la Norvège et des Pays-Bas. Les États-Unis sont le mauvais élève de ce classement, avec seulement 2% de leurs sociétés dans le Top 200.  

Même pour les meilleures le chemin vers l’égalité parfaite est encore long puisque L’Oréal totalise 22 points sur 35. Dans les 200 meilleures entreprises, la moyenne de femmes dans l’exécutif se hisse à 20%, contre 10% en moyenne dans les 2848 suivantes.  

L’organisation réactualisera ce classement chaque année. Pour Diana Van Maasdijk , fondatrice d’Equileap, il permettra « aux entreprises, aussi bien qu’à leurs employé.e.s, aux investisseurs, aux gouvernements et à la société civile de prendre des décisions soutenues par cette analyse en profondeur ».  

Des classements de ce genre ont fleuri ces dernières années. En janvier dernier apparaissait l’indice Zimmermann, indice de la mixité dans les grandes entreprises, créé par Ethics & Boards et l’Institut du Capitalisme Responsable. Après une première édition uniquement française, il aura une dimension européenne en 2018.
 

Depuis 2013, Ethics & Boards établit également, pour le gouvernement, un palmarès annuel de la féminisation des grandes entreprises.
  En juin 2016 naissait aussi l’Indice Ledbetter, qui se concentre sur les grandes marques internationales, toujours en fonction de l’exigence de parité dans les entreprises.