Ethics & Boards in the media

Pour la 6e édition de son Top, Glassdoor a mis en avant les dirigeants les mieux notés par leurs équipes. Un Top fortement influencé par leur capacité d’adaptation durant la pandémie.
L'écrasante majorité des patrons des start-up du French Tech 120 sont des hommes. La société civile se mobilise, mais les progrès restent lents. Seulement 21 % des jeunes pousses fondée en 2020 ont une équipe fondatrice totalement féminisée ou mixte.
Pourtant orientés à la baisse en 2020, les salaires des dirigeants du SBF 120 ont connu de faibles taux d’approbation des actionnaires lors des assemblées. Des votes-sanctions qui ne concernent pas tout le monde.
Though the average age of board members at fashion and luxury companies hovers around 60, that's slowly changing.
Une proposition de loi met sur les rails de nouveaux quotas de femmes dans les instances dirigeantes. Entrée en vigueur espérée avant la fin de l’année.
Les rémunérations ahurissantes des dirigeants de grands groupes cotées ne passent plus. Aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, les votes contre les rémunérations se sont enchaînés comme jamais lors des premières assemblées générales qui se sont tenues en 2021. En pleine crise sanitaire, quand ces entreprises doivent réduire la voilure et n’atteignent pas leurs objectifs, les actionnaires refusent les augmentations de bonus aux PDG et gardent l’œil sur les écarts salariaux.
La rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a plongé de 16% en 2020. L’année a été exceptionnelle à bien des égards. Découvrez le classement exclusif «Le Revenu-Ethics and Boards» des salaires des dirigeants du CAC 40 en 2020.
L’Assemblée nationale examine une proposition de loi à partir du mardi 11 mai sur les quotas de femmes dans les instances dirigeantes des grandes entreprises, qui passeraient à 40% d’ici à 2030.
France’s lower house has voted in favour of a bill that would require companies with more than 1,000 employees to ensure women hold 40 percent of top management posts by 2030.
La proposition de loi pour imposer, d'ici à 2030, 40 % de femmes dans les instances dirigeantes des grandes entreprises est examinée dans l'hémicycle à l'Assemblée ce mardi. La France, très en avance en termes de féminisation des conseils d'administration, veut aussi être à la pointe pour les postes de direction.
Le nouvel ouvrage corédigé par Floriane de Saint Pierre
Pour deux tiers des Français, il faut changer les mentalités avant d'imposer des quotas pour féminiser les instances dirigeantes des entreprises, selon une étude de Kantar présentée aux Assises de la parité. La prise de conscience sur ces questions a progressé.
Malgré la pandémie, les grandes entreprises françaises ne sont pas restées immobiles. Acquisitions et rapprochements n'ont pas manqué. Sur le plan de la gouvernance et de la spécialisation des dirigeants, les progrès sont aussi spectaculaires, estime Vincent de La Vaissière. De bon augure à l'aube d'une relève importante.
Dirigeants d’entreprise, responsables de sociétés de gestion de fonds, chasseurs de tête, tous membres de l’Institut pour un Capitalisme Responsable, publient au lendemain de l’éviction d’Emmanuel Faber de la présidence de Danone un manifeste sur le partage de la valeur. Une manière de rappeler l’importance des enjeux non financiers de l’entreprise que l’ex-PDG du groupe d’agroalimentaire incarnait.
La crise sanitaire est venue bouleverser les habitudes de travail d’un secteur plutôt conservateur. Notre troisième Gender Diversity Index en témoigne.
Dix ans après le vote de la loi Copé-Zimmermann, qui a permis la féminisation des conseils d’administration, faut-il aussi imposer la parité à la direction des entreprises ? Réponses avec Floriane de Saint-Pierre, la native de Loudéac, dont le cabinet Ethics & Boards a été mandaté par le gouvernement pour évaluer la loi.
Ethics & Boards found a correlation between gender diversity and sustainability on fashion and luxury firms’ management boards.
Véhicule le plus conforme aux standards européens, la Sicav est promue et modernisée par la place de Paris, afin de rendre plus visible l’offre française à l’international. Mais certains gérants veulent aller plus loin. Ils plaident pour un statut européen de la Sicav.
La gouvernance des entreprises doit vivre sa révolution pour marcher désormais au rythme de la société, voire la devancer. C'est ainsi qu'elle deviendra un véritable levier de gestion des risques et des crises et qu'elle pourra répondre au double objectif de création de valeur durable et de respect du bien commun. Un texte collectif de Michel Nicolas (APIA), Caroline Ruellan (Cercle des Administrateurs), Floriane de Saint Pierre (Ethics & Boards), Dominique Gaillard (France Invest), Bénédicte de Hautefort (Hebdo des AG), Denis Terrien (IFA), Caroline de la Marnierre (Institut du capitalisme responsable).
Your Internet Explorer version is outdated. Upgrade it, or download Google Chrome for a better experience.